#Anti2010 et le harcèlement


Si vous utilisez les Réseaux Sociaux, vous n’avez pas pu passer à côté du #anti2010 qui a  largement circulé ces derniers temps. 

Le hashtag incite, à l’origine, à se moquer de la différence générationnelle entre les enfants nés en 2010, et ceux nés dans les années 2000. 

Sur des réseaux comme TikTok, le #Anti2010 à pris de l’ampleur et incite de manière plus ou moins évidente à diverses formes de harcèlement envers les collégiens qui entrent en sixième cette année. Des millions de vues sont cumulées au total sur les vidéos utilisant ce hashtag.

Ce conflit de générations a pris beaucoup d'ampleur au point de traverser la barrière du digital pour s'installer dans les cours de récréation des collèges de France. Les plus jeunes comme les 5ème, 4ème et 3ème critiquent les nouveaux collégiens sur leur style vestimentaire, leurs goûts (notamment sur un jouet appelé Pop-it), etc. 


Au départ, tout est parti du jeu vidéo Fornite, assez populaire chez les collégiens. Ce sont  des joueurs plus anciens, comme des collégiens de 4ème ou 3ème, qui reprochent à des jeunes de 2010, de ne pas respecter les codes du jeu. Ces comportements “inadaptés” auraient agacé les plus grands au point d’aboutir à une haine envers les 2010. 

Le problème s’est intensifié suite à la sortie d’une musique sur Youtube d’une jeune fille de 11 ans qui chante “on est les queen de 2010”,  cela a été perçu comme de la provocation avec une volonté de montrer la "supériorité" des nouvelles générations. 


La situation s’est envenimée à tel point que, récemment, lors de leur rentrée en 6ème, les jeunes de 11 ans ont été victime de harcèlement, de violence verbale voire même d’intimidation. Certains grands frères ou grandes sœurs de ses jeunes se sont exprimés sur les réseaux sociaux pour faire comprendre la gravité des actes et des conséquences que cela a pu avoir sur certains enfants.


“Ma soeur est une “2010”. Elle se fait insulter tout le temps pour aucune raison ! Juste à cause d’une date de naissance … Réfléchissez comme ça peut blesser une personne, ce sont encore que des petits, ils ne demandent rien ! Je vous soutiens les 2010, vous êtes courageux !”


La fédération des parents d’élèves a donc envoyé un communiqué demandant au gouvernement d’agir vite. Le ministre de l'Education National, Jean-Michel Blanquer a réagi sur les réseaux sociaux avec une vidéo et invite donc les chefs d’établissement des collèges à “renforcer la vigilance" contre le harcèlement et a qualifié ce mouvement “d’inquiétant”. Il en a profité aussi pour appeler à la bienveillance et a souhaité la bienvenue aux nouveaux collégiens en lançant un nouvel hashtag : #BienvenueAux2010.


Les plateformes Tiktok et Instagram ont également pris leurs responsabilités en supprimant tous les résultats de recherche liés au hashtag “anti2010”. Les vidéos ne sont donc pas supprimées, mais elles ne sont plus mises en avant par les plateformes. Certains comptes réussissent tout de même à contourner cette nouvelle règle en employant d’autres mots. 



Au-delà de la polémique des enfants nés en 2010, cela nous renvoie à l’augmentation criante du cyberharcèlement, et même du harcèlement dans les enceintes scolaires qui dépassent largement la différence générationnelle. 

Beaucoup trop de jeunes en sont victimes, et il est primordial de savoir réagir face à ça.


Alors que peut-on faire si l’on est victime de harcèlement ? Ou témoin ? :

  • Parlez-en, afin de trouver une aide et une solution, car, OUI, IL EXISTE DES SOLUTIONS. Discutez avec un adulte de confiance, à ses parents, quelqu’un de ton entourage, un camarade … quelqu’un qui pourra t’aider et qui ne te laissera pas seul face à cela. 
  • Ne pas résoudre le problème par la violence de son côté. Ça n'aide jamais vraiment.
  • Si tu ne te sens pas à l’aise pour en parler à ton entourage, tu peux appeler le numéro vert 3020 et si le harcèlement est sur internet le numéro vert 3018.


Si votre enfant est victime de harcèlement : 

  • Prenez rendez-vous avec la direction de l’école, du collège ou du lycée. 
  • Contactez des délégués de parents d’élèves afin de pouvoir trouver une solution avec l’établissement pour prévenir contre le harcèlement.
  • Si votre enfant est victime de cyberharcèlement, veuillez signaler les contenus, messages …
  • Rassurez votre enfant, encouragez-le à en parler et à dire ce qu’il ressent.  



Vous pouvez aller lire nos articles en lien avec TIKTOK comme l’hypersexualisation sur TikTok ou la tenue républicaine



Titre ici