Cette semaine, on se rend au Salon de l'entrepreneur de Paris. Un événement cher à nos cœurs, puisque c'est là bas en 2018 que Jade Duraz, notre fondatrice, avait l'idée de WAY pour la première fois.

A cette occasion, nous avons décidés que ce serait la semaine de l'entrepreneur sur WAY ; aujourd'hui, on vous laisse avec le portrait d'Antoine Chopin, entrepreneur passionné, et dimanche, une Vidéo arrive sur la même thématique. Stay tuned.




Quel a été votre parcours scolaire ?

J’ai été admis à Sciences Po Paris après le bac, puis j’ai obtenu un Master à Sciences Po en affaires publiques et un Master à HEC Paris en management.


A quel métier cela a-t-il abouti ? En quoi cela consiste ? Pourquoi l’avoir choisi ?

Pendant mes stages, j’ai rapidement réalisé que le challenge analytique et technique était ce qui m’intéressait le plus. Je me suis tourné vers la Data Science et ai pris des formations gratuites, sur Coursera et MIT OpenCourseware. J’ai également mené un projet de développement d’une application iOS, EduQuest, pendant mes études à Sciences Po.

Mon premier CDI a été en tant que Data Scientist chez Teemo, une startup d’AdTech qui a levé 16M$ en 2017. Après un an, j’ai quitté Teemo pour travailler sur RampUP, la startup dont je suis aujourd’hui co-fondateur et CTO (Chief Technical Officer). Je suis responsable du développement informatique et de tous les aspects techniques du produit.


Quelle qualité faut-il pour être heureux dans ce métier selon vous ?

D’abord il faut savoir gérer le stress. En tant qu’entrepreneur, vous n’avez aucune soupape de sécurité (votre chef ou votre boîte) quand quelque chose se passe mal. Quand il y a un problème, un bug, un retard, etc, j’en suis responsable. C’est donc une pression significative qu’il faut savoir encaisser.

Il faut également être très autonome et responsable : je n’ai pas de supérieur hiérarchique qui va me dire quoi faire et je dois me fixer, avec le reste de mon équipe fondatrice, mes objectifs.

Enfin je dirais qu’il faut être efficace et ambitieux : travailler vite et bien, rechercher l’excellence et s’améliorer chaque jour en se formant et en se challengeant.



Quels en sont les principaux avantages et inconvénients ?

L’avantage principal pour moi est de travailler sur son propre projet, quelque chose qu’on a choisi de faire et qui nous passionne. De ce fait, j’ai aujourd’hui une maîtrise et compréhension totale de tout notre code source et de notre architecture technique, ce qui est assez agréable !

L’inconvénient principal est probablement l’incertitude : la vie d’une start-up est composée de moments forts et de moments difficiles qui se chevauchent et s’enchainent. On n’a aucun moyen de prévoir l’avenir et il faut savoir prendre des risques et les assumer.


A quoi ressemble une journée type dans ce genre de profession ?

Nous sommes encore early-stage donc je fais beaucoup de développement (je code, quoi). Le principal de ma journée consiste à travailler sur le code source de notre solution : développer de nouvelles fonctionnalités, améliorer l’existant… Typiquement, un CTO est ensuite amené à passer un temps significatif sur le recrutement, le management et sur les orientations, guidelines, etc.


Est-ce que la vie que vous menez est à la hauteur de vos attentes ?

Oui, je suis très heureux de travailler avec mes co-fondateurs, Arnaud Weiss et Karim Ghanes, ainsi qu’avec notre équipe. L’ambiance est excellente, il y a de beaux challenges, à la fois entrepreneuriaux et techniques. Le fait que mon travail soit amené à évoluer au fur et à mesure de la croissance de ma société est également très stimulant !


Est-ce que vous faites les choses avec passion ? Sinon, quelle est votre passion et pourquoi ne pas en avoir fait une profession ?  

On ne peut pas entreprendre sans passion, ma réponse est donc : définitivement oui !


Quels conseils donneriez-vous aux étudiants perdus dans leur choix d’orientation ?

Vous avez pu remarquer que j’ai un parcours très atypique : formé en affaires publiques et en business, j’ai fini par travailler dans le secteur de la data et dans le développement informatique. Je dirais donc qu’il faut avant tout s’écouter. Autant que possible, il faut suivre ce qu’on aime faire et viser l’excellence. Vous ne trouverez sans doute pas immédiatement ce que vous aimez vraiment faire, ce n’est pas grave : essayez, soyez ouverts d’esprit et ne laissez pas vos études trop restreindre le champ de vos possibilités.

Titre ici