Vendredi 11 décembre 2021

LA TENUE RÉPUBLICAINE


Il y a quelques semaines, la twittosphère (et pas que) s’enflammait lorsque le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer mentionnait la tenue républicaine au micro de RTL en septembre dernier.


Il a en effet, affirmé que les jeunes filles devaient s’habiller “de façon républicaine”, ce qui a provoqué un tollé médiatique, mais pas que, puisque des manifestations ont été organisées devant les lycées en protestation.


Alors qu’est-ce que la “tenue républicaine” et pourquoi, c’est ce terme à posé problème ?


Pour faire simple, tout est parti des jupes ou des crop tops jugés trop courts que des jeunes filles portent pour aller au collège ou au lycée. Si d’ordinaire, cela se résume à la CPE qui te renvoie chez toi ou te donne une blouse de la honte à porter par-dessus la tenue jugée inappropriée, cette fois, les choses ont quelque peu dégénérées.



À tel point que les lycéens de France ont organisé une manifestation pour protester contre ces oppressions vestimentaires qu’ils jugent aberrantes. Garçons comme filles se sont donc réuni le 14 septembre pour protester.


Ces jeunes pointent du doigt un problème sociétal bien plus profond et qui dépasse largement le fait de porter un t-shirt court. Le problème est que des hommes jugent de ce qu’une jeune femme a le droit de porter ou non, dès son plus jeune âge. Les lycéens pointent du doigt une tendance à blâmer les jeunes filles et à leur dire de se couvrir plutôt que d'apprendre aux jeunes garçons à respecter.


Mais le respect va dans les deux sens. Et dans ce débat sociétal, beaucoup s'accordent à dire qu'il y a également un respect à avoir pour le lieu dans lequel on étudie. Le problème soulevé n'est alors plus tellement le fait d'imposer un code vestimentaire dans les écoles que tout le monde, garçons comme filles, est tenu de respecter.


Le problème est la raison. On ne peut pas demander à une jeune fille de se couvrir, car “ça perturbe les garçons qui sont venus étudier”.


Le message que cela transmet en jeunes femmes, et aux jeunes hommes ne fait qu'aller dans le sens des enjeux sociétaux d'égalité homme-femme, femme-homme qui ont largement pris de l'ampleur ces dernières années. Car en l'occurrence, les jeunes hommes ne subissent pas les restrictions vestimentaires de la même manière que les femmes, et encore moins pour une raison aussi absurde que "ça déconcentre les filles qui sont venues étudier".


Le problème, n’est donc pas tant le terme de “ tenue républicaine”, mais plutôt ce qu'il révèle de l'écart de traitement, même à l'école, entre les jeunes hommes, et les jeunes femmes.



Certains ont d'ailleurs pointé du doigt l'aberration de ce terme de "tenue républicaine" en interrogeant sur sa signification.


Le pédopsychiatre Danielle Marcelli affirme dans France Culture : "Je ne sais pas ce qu'est une tenue républicaine, on appelait les premiers républicains les Sans-culottes !".


En essayant de décortiquer le terme d'un point de vue sémantique, la tenue "républicaine" aurait pu renvoyer à une tenue qui n'est pas interdite par la loi de la République, mais il est assez certain qu'aucune loi française n'interdit le port de la mini-jupe, et que cette interprétation va largement dans le sens des protestations.


Le terme "républicain" a donc logiquement été à l'origine de nombreuses protestations, et pas seulement de la part des lycéens. Le terme a été jugé complètement inadapté pour parler de la longueur d'une jupe.


In fine, le flou laissé sur ce choix de mot du ministre de l'éducation a donc laissé la liberté d'interprétation à chacun de ce qu'est la "tenue républicaine" et a donc abouti à un élan de protestations générales.



Titre ici