Last but not least, enfin, le fin mot de l'histoire, bref, la fin de la story de mon orientation

J'adore parler, vous le savez tous, mais il arrive un moment où il faut conclure, et voilà la conclusion de mon histoire vis à vis de l'orientation :


J’ai cru longtemps que tout le monde avait une passion, quelque chose qui le faisait vibrer. Lorsque j’ai entrepris d’interviewer un certain nombre de personnes ayant des profils très différents, je me suis aperçue que c’était loin d’être le cas. Et je pense que c’est l’une des raisons pour lesquels les jeunes sont perdus. Ils n’ont pas toujours trouvé ce qui les faisait vibrer, la chose qui les fera se lever chaque jour impatients de commencer leur journée. Alors ils sont un peu blasés, font des études par nécessité plus que par envie et poursuivent toutes leur carrière sur la même lignée.

Breaking news : ce n’est pas le meilleur moyen d’être épanoui dans la vie. 

J’aime à croire que tous ceux qui m’ont répondu qu’ils n’avaient pas de passion ne l’ont simplement pas encore trouvé car ces choses-là demande parfois du temps. Je me refuse à penser qu’il y a des êtres qui ne vibreront jamais, qui sont voués à vivre platement, sans rien dans leur vie qui ne les anime vraiment. Je crois qu’on peut tous trouver une raison de se lever le matin, quel quelle soit. C’est sûr que d’en faire son métier, c’est un plus, une garantie de toujours avoir le temps dans notre quotidien pour ce qui nous fait sentir vivant. Mais ça n’est pas toujours possible, et l’essentiel, c’est de trouver la bonne balance, entre le métier qui nous plait et nous épanoui et ce qui nous fait vibrer dans la vie. Les deux peuvent être confondus, ou dissociés, ce qui compte c’est de trouver le bon équilibre pour ne pas se réveiller à 40 ans avec l’impression qu’on n’a rien vécu parce qu’on à toujours fait abstraction de ce qu’on voulait vraiment faire. 

Mais pour trouver votre bonne balance me direz-vous, il faut déjà trouver quelque chose qui nous anime vraiment. Or, ces choses-là, viennent naturellement, ou ne viennent pas. Elles se présentent spontanément à nous par d’heureux hasards ou par de profondes introspections, mais ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut pas les forcer, comme beaucoup de chose dans la vie. On peut, pour autant, se donner les moyens, se laisser inspirer, s’ouvrir aux opportunités qui sont mises sur notre route et saisir toutes les perches que l’on nous tend. Le point commun de tout ceux qui vivent par passion, et qui excellent, c’est la bravoure. Ils ont eu le courage de suivre la voie de leur cœur, quand bien même ce n’est pas toujours celle de la société. Et puis ils ont le courage d’affirmer leur passion, ils n’ont pas peur, pas honte d’avoir certaines inclinations pour certains domaines. Personne ne vous reprochera de faire quelque chose qui vous épanoui, ou du moins, ceux qui le font méritent très peu de votre temps et de votre intérêt. Les gens qui vous aiment aimeront vous voir heureux et pour les autres, vous n’êtes qu’un rappel, qu’eux, ne vibrent pas. Tant pis pour eux. N’ayez pas peur de vivre vraiment, à la hauteur de vos rêves. La construction de notre société aujourd’hui est faite pour que les petits enfants pleins de rêves renoncent peu à peu à leurs aspirations « parce qu’il faut être pragmatique » ou encore parce « les rêves ne vont pas remplir ton assiette ». Pourquoi donc brime-t-on tout le monde ? Pour qu’on se contente d’une vie bien tranquille où l’on est bien sûr de ne jamais vibrer ? Il y a un point commun entre tous les gens qui se sont laissé brimer : à un moment ou à un autre, ils finissent par le regretter. Parce que comme le disent les jeunes rappeurs BigFlo et Oli (ben oui on a des ref ici) « on regrette toujours moins d’être monté dans le train que de pas l’avoir pris » ou encore « Vaut mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets ». Au pire, les mauvais choix deviennent de bonnes histoires, alors que la peur qui nous empêche de faire ce que l’on veut vraiment ne mène qu’à des regrets. Personne ne veut vivre en se demandant comment ça aurait été si.

Alors te demande pas, fais. Ça vaut le coup, ça vaut toujours le coup. Chaque expérience nous apprend quelque chose, sur nous, sur la vie, sur les autres. Chaque chose qu’on vit nous fait grandir, parce que c’est souvent le chemin plus que la destination qui compte, ne l’oublie pas. Tout ce que tu risques, c’est de te trouver en chemin. Y’a pire. 


Qu’il n’y ait pas de méprise, je ne vous incite pas à tout quitter et jetter votre vie en l’air, il faut continuer d’être pragmatique mais soyez courageux. Ayez le courage de devenir qui vous voulez, parce que croyez-moi, vous êtes bien trop jeune pour déjà vous inquiéter de ce qu’on pensera de vous. C’est peut-être une phrase de kikoo qu’on trouvait sur Facebook en 2005, mais c’est vrai : quoi que tu fasses, on te critiquera, alors fais ce que tu veux (dans la mesure de la légalité quand même et du respect et toi et d’autrui de préférence).


Le regret est l’un des sentiments les plus destructeurs. Il te bouffe, parce que tu sais que tu aurais pu faire différemment et tu ne peux t’en vouloir qu’à toi-même. C’est terrible d’avoir personne à blâmer à part soi. Vivre avec des regrets c’est vivre avec de l’amertume toute sa vie. Evitez-vous tout ça, il vous suffit d’oser. Osez. Osez vraiment. 



LA CONCLU FINALE

Tous ces conseils (cf les 4 autres articles) sont à prendre en compte car ils sont interdépendants. C’est parce que j’ai lu des livres qui m’ont inspiré que j’ai eu par la suite le courage d’oser et d’entreprendre pour devenir la femme que je voulais devenir un peu plus chaque jour. Alors prenez cette petite série comme un guide de l’étudiant perdu, ou plus largement, d'une personne en quête de sens, en quête d'elle même. Il faut voir tout ça comme une ligne à suivre pour ceux qui ne savent pas quoi faire. Je ne prétends pas avoir la science infuse et que tout ceci vous permettra de vous réaliser en tant que personne à coup sûr, mais une chose que je peux vous assurer, c’est que vous ne regretterez jamais d’avoir essayer d’appliquer tous ces conseils. Ce sont autant de choses qui ont marché sur moi, un humain plutôt normalement constitué, alors pourquoi ça ne marcherait pas pour toi ? C’est vrai ça, pourquoi pas toi cette fois ?


Bien sûr, ce n’est pas une recette miracle, si tu n’as pas la volonté de changer les choses, rien ne changera, mais si tu le veux assez fort, tout ça t’aidera. 

Et si on créait une génération de jeunes investis, courageux et passionnés ? Vous ne pensez pas que c’est comme ça qu’on sauvera l’humanité ? Parce que moi, j’y crois très fort. Si on devient tous la meilleure version de nous-même possible, on construira tous ensemble un monde meilleur. Rejoignez le côté des utopistes plutôt que d’être défaitiste avant d’essayer. Vous n’avez rien à perdre et on n’a rien sans rien tu te rappelles ? 

Alors échoue, lis, apprends, échoue encore, ose, deviens, apprends encore, travaille dur, ose, construit, fait mieux, toujours mieux. 


Titre ici