Quel a été ton parcours scolaire et quelles sont tes études actuelles ? Peux-tu en donner une définition (fac, prepa, école) ? 

J’ai fait une terminale ES au lycée Jules Michelet à Montauban (82). J’ai passé le concours commun des IEP de province la même année que le bac et j’ai été acceptée à mon plus grand bonheur. Depuis septembre 2017, je suis à Sciences Po Aix et je suis actuellement en 2ème année. Dans mon école, les enseignements sont très diversifiés : on étudie le droit, l’économie, l’histoire, la culture générale et on approfondit les langues en vue de la troisième année qui se déroule à l’étranger obligatoirement. 


Pourquoi as-tu choisi ces études ? (As-tu été influencé ?) 

La première personne à m’avoir parlée de Sciences Po a été mon professeur d’histoire en seconde. Depuis ce jour, j’y avais beaucoup réfléchi et en me renseignant sur cette école, je me suis rendu compte qu’elle était faite pour moi parce qu’elle regroupait toutes les matières que j’aime apprendre et approfondir, avec des sujets très divers. 


Qu’envisages-tu après ces études ? 

Je pense faire un master en Carrières publiques pour ensuite faire la prépa ENM proposée par Sciences Po Aix. Ainsi, j’aimerai à terme intégrer l’École Nationale de la Magistrature à Bordeaux pour devenir magistrate. 


Est-ce que tu penses avoir choisi le bon chemin ? Avec le recul est ce que tu aurais fait d’autres choix d’orientation ? 

Jusqu’à présent, je ne regrette pas du tout mes choix. Je m’épanouie dans la filière que j’ai choisie et dans mon école. Je me laisse guider par mes envies et mes ambitions, et je me donne les moyens d’arriver à mon but. 


A quoi ressemble une journée type de ta vie d’étudiant ? Est-ce que ça t’épanouit ? 

En général, je commence les cours à 8h ou 10h selon les jours. Nous avons des cours en amphi et en TD, mais la direction des études a fait son possible pour nous laisser la pause du midi pour pouvoir manger tranquillement. Je rentre souvent chez moi à ce moment-là (mon appartement est à 5 minutes de l’IEP). Ensuite l’après-midi, j’ai généralement cours jusqu’à 18h. Comme je fais partie d’une association humanitaire dans mon école et que je suis en charge du pôle soutien scolaire, je participe aux activités de mon pôle qui se déroulent en fin de journée. Cela me permet de faire autre chose qu’étudier, c’est un véritable exutoire. 


As-tu une passion ? Pourquoi ne pas choisir un métier en lien ? 

Je n’ai pas vraiment une passion en particulier mais je dirais que j’ai des envies et des domaines qui me plaisent. J’aime être polyvalente et faire plusieurs choses différentes, tant dans mes études que dans ma vie étudiante en dehors de l’IEP, d’où mon engagement actif dans la vie associative. Pour ma part, j’envisage mon futur métier comme très enrichissant avec différentes tâches à accomplir qui ne sont pas forcément toujours les mêmes, elles aussi doivent être diversifiées.  


Qu’est-ce que c’est pour toi une vie réussie ? 

Je définirais une vie réussie comme une vie durant laquelle on a accompli ce que l’on voulait faire, quel que soit le domaine d’activité et le niveau d’études. Du moment qu’on s’épanouit dans ce que l’on fait et qu’on en est satisfait, on peut se dire que l’on a réussi sa vie. Bien sûr, il ne faut pas prendre en compte seulement la vie professionnelle mais aussi la vie personnelle et sentimentale qui occupent une place importante dans la définition d’une vie réussie. 


Qu’est-ce que tu conseillerais aux jeunes qui sont perdus sur leur choix d’orientation ? 

Je leur dirais que d’aller voir les conseillers d’orientation ne sert à rien. 

Sérieusement, être perdu dans son orientation arrive à tout le monde, même à ceux qui ont une idée précise de ce qu’ils veulent faire car il peut y avoir des doutes ou des déceptions dans les choix effectués. 

Néanmoins concernant tous ces personnes perdues, je leur conseillerais de se demander ce qu’elles veulent faire, de ne pas hésiter à interroger les gens autour d’elles, d’utiliser leurs réseaux pour avoir des renseignements et aussi de se demander ce qu’elles aimeraient faire dans la mesure de leurs moyens. 


Titre ici