Vendredi 11 juin 2021

L'harcèlement sexuel, le sexisme, et les comportements abusifs au travail.


Depuis la création du Hashtag BalanceTonPorc par la journaliste Sandra Muller en 2017, beaucoup de femmes ont témoignés sur le harcèlement sexuel au travail. Malgré que le buzz du fameux hashtag soit retombé, des milliers de femmes continuent de témoigner sur les réseaux du harcèlement qu'elles subissent.



Le harcèlement dans le monde professionnel est un fléau qui se nourrit de toutes les petites réflexions sexistes qu’on peut lire sur des comptes Instagram comme Balance Ton Stage. 

Et la libération de la parole sur ce sujet ces dernières années est encourageante évidemment, c’est une façon de faire la lumière sur un problème sociétale énorme. 

Pour autant, ça montre aussi que c’est une problématique profondément ancrée dans notre société, contre laquelle chacun a une part de responsabilité. 



Sans même parler de harcèlement, d’après une étude de l’Ifop menée dans plusieurs pays européen : 


  • 60% des femmes disent avoir subi des violences sexistes ou sexuelles au travail.


  • 11% affirment même avoir eu un rapport sexuel “forcé ou non désiré” avec quelqu’un de leur milieu professionnel. 


C’est le reflet d’un schéma sociétal bien installé et qui perdure. 

Le vice de ce type de harcèlement réside justement dans le fait qu’il est souvent exercé via un rapport de force déséquilibré de patron-salarié ou simplement par des supérieurs hiérarchiques. 

Et dans ce cas de figure, la victime a souvent trop peur des conséquences pour s’en plaindre. 



Alors comment peut-on tout faire pour dé-normaliser ce type de comportement ? 


Dans l’attitude de tous les jours

Comme on l’a dit, cela commence par les réflexions sexistes du quotidien. La première chose à faire, c’est donc de ne pas les tolérer

Lorsque vous en êtes spectateur, c’est essentiel non seulement de ne pas en rire et de ne pas les encourager, mais surtout de signifier à ceux qui les émettent que ce n’est pas approprié lorsque c’est possible. 

Lorsque vous en êtes la cible, ne pas rire, montrer que ce n’est pas quelque chose que vous tolérer, personne ne s’est jamais fait virer pour ça. 



En parler. Notamment, si ces comportements se répètent, en parler est primordiale. Cela fait partie du travail des RH ou directement de l’employeur de vous écouter sur les comportements abusifs que vous observez et/ou subissez. Le plus de plaintes, le mieux, il faut parfois insister pour que le problème soit considéré. 



Si vous ne vous vous sentez pas d’en parler à un salarié de votre boîte ou à votre employeur, ou si vous voulez être aidé plus globalement, pensez à appeler : 116 006France Victimes (oui, on a connu moins péjoratif comme nom mais peut importe) peut t’aiguiller sur différents points, psychologiques, juridiques, etc. Et te renvoyer aux bons interlocuteurs en fonction de ton cas de figure. 



Ça incombe à tous de ne pas normaliser ce genre de comportement, de ne pas les inciter, de ne pas les tolérer, et de faire en sorte petit à petit que ces habitudes changent. 



L’harcèlement sexuel est très grave et condamnable par la loi. Si tu es victime ou témoin de violences sexistes ou sexuelles, parles-en à quelqu’un dans la vraie vie ou sur les réseaux sociaux. Des cellules d’écoute et d’accueil ont été créées par le gouvernement sur chaque campus universitaire pour pouvoir en parler et trouver de l’aide. Si tu as besoin de davantage d’aide tu peux lire notre article si tu as besoin de parler, on te donne les numéros à appeler ainsi que des conseils.



Ces faits sont malheureusement encore présents dans notre société, et c'est pour cette raison qu'il faut en parler, et qu'on en parle ici. On parle également dans d'autres articles du sexisme à l'école ou de la discrimination raciale au travail. On t'encourage à faire de même, lire ces articles pour être plus informé et pouvoir toi-même en parler.



N'hésite a commenter si tu souhaites rajouter des infos, débattre, ou parler d'une expérience que tu as peut-être vécue ou vue.

Titre ici