Mon parcours jusqu'au CELSA

Lorsque j'étais en 1ere ES, je ne savais pas vers quelle voie me tourner. Je savais seulement que j'aimais bien les matières où il fallait rédiger telles que le Français, l'Histoire-Géographie et les langues, et je savais que je n'étais pas faite pour les matières scientifiques. Ma professeure de Français m'a alors parlé du CELSA, qui est l'école des Hautes Etudes en Sciences de l'Information et de la Communication. Je me suis renseignée par voie internet, je suis également allée aux portes ouvertes de l'école et c'est rapidement devenu mon objectif.


Le CELSA pour la partie Communication est une école qui enseigne aux élèves qui ont validé au moins deux années d'études supérieures, il a donc fallu que je trouve quoi faire en attendant de pouvoir me présenter au concours. Il se trouve que le CELSA a le statut de Grande Ecole (au même titre que Sciences Po par exemple) au sein de l'université (ici, Paris IV Sorbonne, Faculté de Lettres). Cela signifie que si on est étudiant à Paris IV, on peut bénéficier de la passerelle qui consiste en une seule chose : obtenir plus de 12 de moyenne à vos 3 premiers semestres : S1 + S2 de 1ere année et S1 de la 2e année, et vous êtes exemptés du concours écrit, c'est-à-dire qu'après la remise de votre dossier d'inscription au concours vous pouvez accéder directement aux oraux, qui est la deuxième et dernière étape du concours.


J'ai donc choisi de faire une LEMA, une Licence de Lettres, Edition, Médias, Audiovisuel. Mes cours s'effectuaient au centre Malesherbes dans le 17e. J'ai beaucoup aimé cette Licence qui m'a permis de me découvrir une passion pour la Littérature. La LEMA est principalement une licence de lettres modernes, mais elle a l'atout de traiter en partie de la question médiatique, ce qui est très utile pour le concours du CELSA. En LEMA j'ai d'ailleurs pu avoir cours avec un professeur du CELSA. Il n'est pas difficile d'avoir 12 de moyenne à la fac si on se fixe un objectif derrière.


Au CELSA Communication il existe 5 parcours : Entreprises et Institutions, Ressources Humaines, Médias, Marques et Magistère.

Je suis dans la filière Magistère qui est celle tournée le plus vers la Culture. Afin de déterminer un projet professionnel, à la fois pour moi-même et à présenter lors du concours, j'ai allié passion et objectif. Il ne faut pas hésiter à réfléchir sur ce que vous aimez vraiment, pour ensuite le décliner en métier. Il existe forcément.

Titre ici